mercredi 23 janvier 2013

On s'égare ...


Le vice-premier-ministre et ministre des Finances japonais Taro Aso a tenu des propos très personnels, lors d'une réunion du Conseil National sur la réforme de la Sécurité Sociale le lundi 21 de ce mois-ci, concernant le coût des soins médicaux et le maintient en vie des personnes âgées.

Il a déclaré que les personnes âgées doivent mourir, pour libérer le gouvernement du poids des dépenses qui représente leur prise en charge médicale. Il pensait aux personnes en fin de vie, complètement dépendantes.
En langue Française.

Face aux réactions, Il a essayé de s'en expliquer par la suite, mais trop tard!

Certes, il peut toujours parler de ce que lui envisage pour sa propre vie.
Mais est-ce qu'il a le droit de laisser entendre que c'est la solution pour soulager le Japon de la pression financière que suppose cette prise en charge nationale?

Le gouvernement japonais prévoit réduire les dépenses sociales du prochain budget qui devrait être appliqué en avril prochain, pour en augmenter d'autres...

Cerisier en Fleur à Mitaka avril 2011

Le "Culte des Ancêtres" est profondément inscrit dans la mémoire de chaque japonais depuis l'enfance. C'est une valeur qui fait preuve de respect et reconnaissance envers les plus âgés, qui commence à faire défaut dans nos civilisations occidentales.

Alors, les propos tenus par monsieur Taro Aso m'ont turlupiné!

Je me vois auprès de ma grand-mère me promenant sur le grand chemin où un petit agneau à côté de sa mère broutaient de l'herbe...
Demain, me disait-elle, nous viendrons le chercher! Je te l'offrirait!
Et je l'attends toujours ...
J'avais alors trois ans et si elle ne me l'avait pas dit... Je ne m'en souviendrais pas ...

J'ai grandi auprès de mes grands-parents...
Deux ont passé leurs dernières années chez nous...
C'était normal!

Nos parents! Nos grands-parents! Nos arrière grands-parents! 

Depuis, nos sociétés ont changé!
Nos styles de vie ont changé!
Nous courrons derrière le temps et n'avons plus de temps à consacrer à nos aînés car nous devons tous assurer les fin de mois...

Est-ce la vraie raison?
Je ne pense pas.

La bonne question à se poser n'est pas celle là.

Que faisons-nous des liens qui nous unissent?
Comment les entretenons-nous?
Sommes-nous heureux?
Comment-envisageons-nous de vieillir?
Quelle place faisons-nous à notre famille?

La solitude et l'abandon de nos aînés, est une réalité qui gèrent les assistantes sociales et les hôpitaux en France comme ils le peuvent en dehors du choix de la personne concernée.
On lui demande toujours son accord... Mais elle n'a pas vraiment le choix.

Les liens naturels souvent rompus, ne permettent plus à nos aînés de finir leurs jours confortable et chaleureusement entourés.

Au final, à quoi bon courir, amasser de l'argent, s'entourer de produits qui coûtent cher et qui terminent dans une déchetterie?  
Ah! Oui, parfois, les "personnes" aussi subissent le même circuit...

Les fleurs de l'espoir du cerisier japonais, sont aussi une source de souvenirs heureux liés à la vie familiale et à l'enfance.

Tant et tant de choses
me reviennent à l'esprit -
fleurs de cerisiers!

samazama no
koto omoidasu
sakura kana

- Bashō -

Jardin du Palais de La Monnaie à Osaka avril 2011 

La Beauté de la Vie, la Beauté le cette "TERRE PRÉCIEUSE" aimée de chacun de nous, ne peut pas nous être indifférente!

Prendre le temps de la regarder, de lui tenir la main, de l'entourer de nos bras et de lui dire que ça va aller et que nous l'aimons.

Au fond, ce n'est ni plus ni moins que l'essentiel qui est commun à chaque être humain et qu'il ne faut pas perdre de vue.

Demain, il sera trop tard.

Les mots de monsieur Taro Aso, m'ont ainsi permis d'aborder un tout petit aspect de ce que je côtoie dans mon quotient professionnel ... 
De ce que j'observe autour de moi...
De ce que je vis.

Maintenant, place à un document d'une grande beauté qui nous montre à TOUS sans exception, la beauté que nous ne voyons plus et que pourtant est partout!

Peut-être Monsieur Taro Aso la regardera avec nous...

Thank you very much Andy Ellis by your film  



≪ Cette nuit-là je ne le vis pas se mettre en route. Il s'était évadé sans bruit. Quand je réussis à le rejoindre il marchait décidé, d'un pas rapide. Il me dit seulement:

- Ah! tu es là...
Et il me prit par la main. Mais il se tourmenta encore:
- Tu as eu tort. Tu auras de la peine. J'aurai l'air d'être mort et ce ne sera pas vrai...
Moi je me taisais.
- Tu comprends. C'est trop loin. Je ne peux pas emporter ce corps-là. C'est trop lourd.
Moi je me taisais.
- Mais ce sera comme une vieille écorce abandonnée. Ce n'est pas triste les vieilles écorces...
Moi je me taisais.
Il se découragea un peu. Mais il fit encore un effort:
- Ce sera gentil, tu sais. Moi aussi je regarderai les étoiles. Toutes les étoiles seront des puits avec une poulie rouillée. Toutes les étoiles me verseront à boire...
Moi je me taisais.
- Ce sera tellement amusant ! Tu auras cinq cents millions de grelots, j'aurai cinq cents millions de fontaines...
Et il se tut aussi, parce qu'il pleurait...
 - C'est là. Laisse-moi faire un pas tout seul.
Et il s'assit parce qu'il avait peur.
Il dit encore:
- Tu sais... ma fleur... j'en suis responsable ! Et elle est tellement faible ! Et elle est tellement naïve. Elle a quatre épines de rien du tout pour la protéger contre le monde...
Moi je m'assis parce que je ne pouvais plus me tenir debout. Il dit:
- Voilà... C'est tout...
Il hésita encore un peu, puis il se releva. Il fit un pas. Moi je ne pouvais pas bouger.
Il n'y eut rien qu'un éclair jaune près de sa cheville. Il demeura un instant immobile. Il ne cria pas. Il tomba doucement comme tombe un arbre. Ça ne fit même pas de bruit, à cause du sable. ≫

✿ Extrait  du "Petit Prince" de Antoine Saint-Exupéry - CHAPITRE XXVI

12 commentaires:

  1. J'ai failli pleurer cette fois en te lisant...heureusement que tu es là pour compenser avec autant d'amour tout ce mépris de la vie...comment en sommes-nous arrivé là? "springtime with obachan", ça m'a aussi rappelé les bons moments que j'ai passé avec mes grands mères jadis...de précieux souvenirs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma très chère "petite soeur" tu es à chaque fois imprévisible et ô combien attentive à ce qui est essentiel.
      As-tu regardé le film d'animation "Summer Wars " [ サマーウォーズ Samā Wōzu ] de Mamoru Hosoda? Je pense que ta réponse est oui!

      Alors, dans ce film sur le "monde virtuel" la présence d'une grand-mère est très émouvante et parlante à l'image de ce que tu viens de dire.
      Tu pourras revoir la vidéo dans cet ancien article sur ce blog:
      http://lepapillonetlempereur.blogspot.fr/2011/07/reveille-toi-neko-je-parle-mon.html

      L'importance des mots...
      Comme quoi, tout se tient ...
      Tout, n'est qu'une continuité sans fin ...
      Et le meilleur est à préserver jalousement parce qu'il est très important à notre survie à tous. Je t'aime "petite fille" et je te remercie de m'avoir parlé de tes grands-mères ❤

      Supprimer
  2. C'est juste, nous sommes une espèce étonnante, voyageuse, exploratrice, et pourtant nous nous égarons dans une vision idéale de nous même, fantasmée, toute puissante, perfectionnant sa connaissance des risques et paradoxalement fonçant tête baissée dans le danger, quelle perte de conscience que ces abus de confiance et de connaissances, tant d'illusions.

    Quel arbre pourrait croire qu'à force de science il puisse rester debout sans ses racines, sans ses feuilles, sans ses fruits, sans sa sève. Celui qui ne serait plus un arbre sans doute, mais un automate, programmé, certifié, administré, dont toutes ses lubies seraient inventées, programmées et satisfaites par une horde de parasites à condition que la créature qui par sa faiblesse miroite pas son immonde image soit mise à l'écart et ne dérange ainsi son illusion d'immortalité.

    Je ressens toujours une harmonie très prononcée quand toutes les générations se réunissent dans une même activité, cela apporte beaucoup de richesse et de diversité.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À l'image d'un arbre que n'ignore rien de ce qui le rend ainsi arbre...
      Suivons donc la sagesse de l'arbre!
      Ta dernière phrase, Zipanu, est très belle.
      Toi, tu l'as compris:
      "Je ressens toujours une harmonie très prononcée quand toutes les générations se réunissent dans une même activité, cela apporte beaucoup de richesse et de diversité."

      Merci ♡

      Supprimer
  3. De moins en moins de mot
    Silence plus en plus parlant
    Esprit complice

    Pascal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Pascal pour votre si beau Haïku ♡
      Il me fait penser à nouveau à ce qui a dit Einstein en ajoutant:
      "... et rien dire ..."

      "Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire". A. Einstein

      Supprimer
  4. Merci, Okasan, pour ces pensées émouvantes et pour le superbe extrait du "Petit Prince". Les paroles de ce ministre ont de quoi inquiéter et faire réfléchir sur les valeurs du monde actuel. Bon dimanche après-midi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma très chère Danièle.
      Quoi de mieux à faire qu'écouter son coeur?
      Espérons seulement qu'il déborde de bienveillance et humanité.

      Pour la plupart, nous finirons vieux...
      J'aimerais pouvoir dire HEUREUX ♡

      "Ah! Petit bonhomme, petit bonhomme, j'aime entendre ce rire!" du "Petit Prince" de Antoine Saint-Exupéry

      Supprimer
  5. Hello, 海子 Okasan.

     Your work is embraced in your gentleness.
     Sharing a moment of peace.
     It is a joy for all.

     Your heart warm message in the cold.
     I always give mind of thanks to you.

    Greeting.
    Have a good weekend. From Japan, ruma❃

    RépondreSupprimer
  6. Chère Okasan, merci pour ce billet sans complaisance mais plein de tendresse.

    Ce film d'Andy Ellis nous dit toute la valeur de la vie humaine qui se fâne petit à petit sous nos yeux voilés par notre trop grand intérêt de nous même.

    Chaque jour encore
    se lève le soleil
    et l'espérence avec lui

    Toute mon amitié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est si jolie cette image de chaque nouveau jour réveillé par le SOLEIL!
      L’espérance pour beaucoup est absente, le temps se passe alors sans plus...
      C'est un peu comme si l'on devenait spectateur de sa propre vie à l'arrêt.
      Cela est triste mais parfois, l'être humain n'y peut rien, tellement il est déçu et désenchanté.
      Tellement il a la sensation de tout avoir vécu et ne plus attendre de l'avenir pour lui même.
      La confiance et l'espérance vont de paire il me semble...

      Merci beaucoup Yanis pour ce lever du soleil et de l'espérance ✿

      Supprimer

Dis-moi le fond de ta pensée ...

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.