samedi 5 novembre 2011

Parmi les "Kitsuné" à Toyokawa Inari J4

Il est temps de quitter la plage de Miho, hélas...

Un dernier regard au Fujisan...
J'avais envie de m’attarder et poursuivre sur ce petit chemin ... 
Mais ce n'est pas possible, tout au moins aujourd'hui.
- Remarque, Okasan, nous pourrons y revenir une autre fois... Moi aussi, je veux bien y revenir, me dit le Papillon.
Un dernier regard, et je tourne le dos à ce que pour moi a été un GRAND moment!
MERCI à "N" de m'avoir emmené ici. MERCI BEAUCOUP.

Nous nous dirigeons à présent vers la Ville de Toyokawa de la préfecture d'Aichi.
Nous allons visiter le Temple Bouddhiste de Toyokawa Inari si cher au cœur de Libellule, grâce aux si nombreux kitsuné messagers de la divinité du riz "Inari" et le bassin, où elle a aperçu des carpes lors de son passage en 2006/2007...

Le soleil décline gentiment à notre arrivée.

Nous découvrons un petit ensemble de Temples plongé dans une tiède quiétude, avec pour compagnons des pigeons, en tout semblables aux pigeons de Paris!




De l'autre côté de la rue, un cimetière où je me suis attardée...




Moi, venue de France dans ce lieu de souvenir où ceux qui sont partis sont honorés.
C'est une pensée qui me situe sur le chemin de la Vie, le mien!



- Okasan?
- Oui, Papillon ...
- Nous attendons depuis un moment... Est-ce bien ici le lieu de rendez-vous?
Je me demandais à tout moment d'où surgirait-il mon samouraïUn conte... 
Pensez-vous qu'il s'agît uniquement de l'imagination ou d'une réalité?
Peut-être bien les deux...
Peu importe.
Le "conte" reste une formule idéale pour laisser à chacun sa part de réalité...
Une autre façon aussi d'aborder la Vie, de son point de vue et sensibilité.

C'est alors que Libellule se dit : 
-Non, ce n'est pas le bon endroit.


豐川進雄神社  (Toyokawa Susano Shrine)







Pour plus de précisions sur ce Sanctuaire Masculin, vous pouvez consulter ce site japonais, vous aidant de Google Traduction
Une épreuve de feu et courage, réservée aux hommes a lieu ici: 



Et nous sommes partis à pied vers le Temple de Toyokawa Inari, à quelques deux-cents mètres de là...



Ce fut le moment des retrouvailles!
Un moment heureux.
Mon Samouraï était là immobile, se demandant si ce moment là était bien réel...
Je l'ai vu nous quitter pour aller saluer "N" et son épouse.
C'est ça le respect.
- Rien ne t’échappe, Okasan...
- Tu sais Papillon? Même si nous disposions de peu de temps, chaque seconde est importante et emplie d'éternité!
- Comment ça, Okasan?
- Oui, je sais que cela peut te paraître exagéré, mais je fais avec ce que j'ai...
Alors, à la place de me plaindre, le temps que nous avons passé ensemble, m'a laissé un très bon souvenir et je remercie mon Samouraï d'être venu.
Je sais que cela n'a pas été facile pour lui.
Mais il était là, alors c'était le plus important!
- Okasan, il était intimidé et ému... Il avait tant de choses à te dire et pourtant il est resté si silencieux... 
- Tu sais, il y a un autre langage qui n'a pas besoin de temps et mots pour se faire entendre...
-  Lequel?
- Le langage du cœur... Toi aussi tu le connais, je le sais!
- Je ne peux plus rien te cacher, Okasan...
- Bien sur que si, mon Ami. Dis-moi, aimes-tu les labyrinthes? 
- Euh? Ah, oui,oui!
- L'esprit est comme un labyrinthe... Jamais nous connaîtrons tout de quelqu'un, jamais!

C'est ainsi qu'aux côtés du Samouraï, j'ai visité le Temple...






  Je comprends mieux pourquoi cet endroit lui procure la sérénité qu'il cherche...



 Les arbres sont élancés vers le ciel et le lieu, propice à l'intériorité..



 - Allons à présent à l'endroit où je me trouve bien souvent, me dit-il...



Silencieusement, nous avons emprunté le chemin qui mène à un endroit protecteur...





- C'est ici, me dit-il, regardant par terre, immobile... J'ai compris qu'il avait tant à me dire, mais dans sa sagesse, mon Samouraï a préféré se taire, sachant que je le savais...



Les renards nous observaient, se rappelant de la conversation qu'ils avaient suivi il y a quelques jours entre le grain de sable et le samouraï.





C'est alors, que l'un d'entre eux s’adressant à moi me dit: "- Okasan, je suis très heureux que tu sois venue ici même. Je sais combien tu te soucies du Samouraï...
Ne crains rien, nous sommes là pour prendre soin de lui, car, comme toi, nous le protégeons. Nous protégeons toujours les enfants, même s'ils grandissent... Nous aidons les mères à protéger les enfants, toujours..." Je me suis inclinée, profondément émue  et reconnaissante pour tant d'attention... 
- Merci beaucoup, leur ai-je dit... Et nous avons quitté ce lieu.




Au-dessus du petit pont, le Samouraï et moi, avons cherché les carpes...


Et sous nos yeux, deux carpes sont passées se dandinant à la recherche de nourriture...




De Toyokawa Inari, j'ai apporté ce kitsuné avec un brin de riz

Et l'inévitable heure de l'au revoir est arrivée.
C'est toujours difficile de quitter un Ami, mais il ne faut pas oublier qu'il s'agît d'un au revoir...  Cela veut dire, que l'on se reverra!  
J'ai aimé ce magnifique Temple où l'on a envie de rester aussi longtemps que les rayons du soleil brillent!

Si un jour vous passez par là et que vous rencontrez mon Samouraï, dites-lui "bonjour." Il aime la France et parle notre langue!


La voiture s'éloignant, je regarde en arrière et je vois mon Samouraï immobile nous faisant un signe de la main ... Que pense-t-il?
Je tiens à le remercier infiniment d'être venu.
Nous avons été tous très heureux de le revoir.

La prochaine fois, je vous parlerai de la fin de cette journée...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Dis-moi le fond de ta pensée ...

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.