samedi 8 octobre 2011

La Déesse de la Compassion - Nagoya J3 - c


Il est temps que je reprenne mon Carnet de Voyage au Japon ...

Rappelle-toi, la dernière fois, nous nous sommes quittés à la sortie du Château de Nagoya aux alentours de 17:00 et il pleuvait...

Nous nous sommes dirigés vers un lieu lié à une histoire personnelle.
Je m'en suis rendue compte qu'à l'arrivée!

Prendre des photos sous la pluie, même si elle est légère, reste délicat...
Alors, me recouvrant la tête de mon écharpe,  j'ai foncé sous un " Torii " et je l'ai dépassé...
C'est alors que je suis tombée, nez à nez, avec le Temple bouddhiste Osu Kannon!
Ce Temple est entouré d'immeubles au cœur de la cité!
Ce côté spirituel m'a profondément touchée! Ce pays si moderne et à la pointe des nouvelles technologies, affiche ses croyances partout sans se cacher!



Le Temple Osu Kannon à Nagoya

Pendant son séjour japonais en 2006, ma fille, Libellule, l'avait visité.
De ce Temple, elle nous a apporté une tablette votive en bois, de la Déesse Kannon.

Kan=observer On=son => celle qui entend les cris du monde, est la déesse de la compassion!

Déesse Kannon

Pour protéger la nouvelle maison et ses occupants

Cette "ema" lui avait été remise par un moine qui lui a dit de l'emporter en France.
Cette démarche de la part de ma fille, m'a beaucoup touchée... Alors, la voici au-dessus, cette "ema" (tablette votive) que depuis, est au cœur de l'habitation que nous venions d'acquérir cette année là...

L'odeur du sol fraîchement arrosé par cette pluie printanière, le croassement joyeux des corbeaux qui sautillaient sur la rambarde rouge-vermillon, pendant que je montais les marches qui menaient au Temple,



L'odeur parfumée de l'encens qui brûlait dans le"kōro"...


Nous étions bien dans un lieu de prière et recueillement!
De temps à autre, un moine sortait pour vider des bouilloires remplies d'eau...



Quelques personnes sont passées prier, déposant une offrande dans le "saisen-bako",sonnant le "suzu" de la main droite, se courbant deux fois , frappant des mains deux fois et s'inclinaient à nouveau, après quoi s'en allèrent discrètement... Certains, ont fait brûler de l'encens.


Un détail de la grande lanterne

Le Rouge prédomine et l'ensemble est joyeux

À la sortie, en bas de l'escalier à gauche, un petit autel de prière et encore de l'encens qui brûle...


Le Pavillon qui abrite le "bonshō", s'appelle "shōrō"

Cette cloche, est sonnée 108 fois (joya-no-koné) la nuit du Nouvel An pour annoncer la Nouvelle Année et chasser les 108 mauvais désirs dont l'homme est affligé.




Sur la cloche (Bonshō), il y a des inscriptions, des dessins tout en haut:

  • Chichi - redans représentant les 108 mauvais désirs
  • Mei-bun - inscriptions décrivant l'histoire de la cloche ou énumérant des suppliques.
  • Tsukiza - c'est le point sur lequel le battant vient frapper, orné d'un motif à pétale de lotus.

Dans les temples ZEN, le "Bonshō" est sonné le matin à 9 heures et le soir ou moment de la fermeture du temple: 17 ou 18 heures.


Mon voyage au Japon, m'a donné envie d'approfondir le côté spirituel lié à la culture de ce pays. Les Japonais me semblent être à la fois shintoïstes et bouddhistes!

D'un côté ils sont tournés vers la Vie (shintoïsme), et de l'autre, vers la mort et l'au-delà (rituels lors d'un décès).
J'ai trouvé cet ouvrage qui me semble intéressant

Nous allons nous arrêter pour aujourd'hui avec ce haïku de Bashō:


Le lever du jour 
tournoyant dans la brume -
la voix de la cloche
- Bashō -
                                                 
Avec le prochain post, nous terminerons cette série.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Dis-moi le fond de ta pensée ...

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.