jeudi 3 mars 2011

Un rêve japonais


"Il n'est jamais trop tard pour réaliser ses rêves et commencer une nouvelle vie" Du film: "Cherry Blossoms" de Doris Dörrie.

"L'inspiration pour Cherry Blossoms m'est venue du film d'Ozu, Tokyo Monogatari 1953, qui reprenait quant à lui l'histoire du film américain de Leo McCarey, MAKE WAY FOR TOMORROW (1937). Une histoire occidentale partie en Orient et qui revient en Occident.
M'inspirant en effet de la constellation du début du film d'Ozu, j'ai élaboré l'histoire du père veuf qui part d'Allemagne pour se rendre dans le pays d'Ozu. Il y trouve quelqu'un qui prend soin de lui sans pouvoir vraiment partager le même langage: c'est la jeune Yu, danseuse de butō".

Butō

C'est l'histoire d'un amour dévoué et d'un voyage poétique au plus profond de l'être. Trudi est la seule à savoir que son mari Rudi est atteint d'un cancer en phase terminale. Lorsque le médecin lui suggère d'entreprendre pour la dernière fois quelque chose ensemble, Trudi persuade son mari d'aller à Berlin pour rendre visite à leurs enfants et petits-enfants. Ceux-ci sont toutefois trop pris par leur propre existence pour se soucier du vieux couple. Après avoir assisté à une représentation d'un danseur de butõ, Trudi et Rudi vont dans un hôtel au bord de la Baltique. C'est là que Trudi meurt subitement. L'existence de Rudi est bouleversée. Il ne sait pas ce qu'il va devenir. Puis il décide de partir pour le Japon rendre visite à Karl, son fils cadet.

Ce film est bouleversant de sensibilité, concernant les relations inter-générationnelles de nos sociétés actuelles.
J'ai été particulièrement touchée par la place qui est réservée aux parents vieillissants ...

La place du Père et de la Mère, dans nos sociétés occidentales, est très importante pendant le développement de l'enfant.
Le "noyau" même de la FAMILLE repose pour l'enfant, sur cette présence rassurante de ses PARENTS. Ma Famille : Papa-Maman, Mon Frère, Ma Sœur, Moi...

Plus tard, cette "utilité" naturelle s'estompe, et les parents, après une bonne vingtaine d'années d'implication active dans l'éducation de leurs enfants, au fur et à mesure que la maison familiale se vide, se retrouvent à nouveau à se regarder, les yeux dans les yeux ...

Non,non, je ne dis rien, c'est la VIE ...
Cependant je pense qu'il faut éviter, si possible, quelques erreurs...

Devenir Père ou Mère, n'est pas une fin en soi !
Nous devons toujours exister comme "individus", quel que soit notre statut... Continuer de nous réaliser en nous écoutant et accomplir nos rêves pour continuer ainsi  d'exister heureux. Ce point de vue est dénudé d'égoïsme. Le BONHEUR reste une valeur positive et contagieuse, autant la favoriser...

La TRISTESSE et le mécontentement sont aussi contagieux, mais nous font perdre du temps et de l'énergie ...

Mon compagnon, LE PAPILLON, me suggère: "SOYONS DES PAPILLONS HEUREUX"^^

Nos enfants, quant à eux, suivent leur chemin...
Attention, toutefois, ne vous oubliez pas ...
L'histoire a tendance à se répéter...
Alors, évitons si possible ce qui peut être à l'origine de souffrance et exclusion, qui elles, sont ravageuses!
Une question : L'AMOUR, réalité ou fiction?

Être aimé de ses parents ...
Être aimé de ses enfants ...

Á chaque Famille, son histoire.
Á chaque personne, son histoire...
Il y a autant d'histoires que de familles et individus ...
Une règle?
Non .
Un souhait commun?
Certainement: être heureux, reconnu et respecté des siens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Dis-moi le fond de ta pensée ...

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.